J’aime ce que je FAIS, mais je trouve ça CHIANT

Salut,

salut

Comment gâcher le plaisir pour un travail que tu aimes ?

Avec de la pression.

La pression est invisible, tu ne la vois pas, mais tu peux la ressentir.

Dès fois elle se cache et on ne se rend pas compte que c’est elle, on ressent juste quelque chose de désagréable, sans identifier quoi.

Pourtant elle est là.

J’ai remarqué quelque chose : quand on est obligé de faire quelque chose, on trouve ça beaucoup moins marrant.

Ça peut être à la même chose que d’habitude

La même tache que d’habitude

La même durée que d’habitude.

Si ce jour-là tu es obligé de le faire, tu trouveras ça chiant.

Alors que d’habitude, quand tu n’es pas obligé, tu trouves ça fun.

C’est très con, mais c’est comme ça que ça fonctionne, le fait de nous priver d’une liberté, même si on n’en profitait pas avant, nous met dans un certain état d’esprit.

Le simple fait de savoir qu’on ne peut plus faire ce qu’avant on pouvait faire, est déjà une privation de liberté.

obligation

Si je te dis ça, c’est parce que j’ai l’impression d’avoir perdu du fun dans ce que je fais.

Et je suis sûr que ça ne vient pas du fait que j’aime moins de ce que je fais :

Parce que quand je ne suis pas obligé, je fais naturellement avec plaisir la même chose que ce que je trouve chiant d’habitude.

C’est ce problème d’obligation, je sais que je m’oblige à faire ça, alors je perds le côté fun de la chose.

Par exemple dans le cas des articles que je fais sur ce blog :

Il y a les obligations extérieures (très peu nombreuse) :

Faire un article d’au moins 700 mots pour plaire à Google et être mieux référencé.

J’ai dit que la longueur d’un article se détermine par sa valeur, mais Google n’est pas de cet avis, en fait, ils ont pas vraiment le choix, pour un algorithme et même pour un être humain, c’est impossible de déterminer une valeur universelle, la valeur étant personnelle.

Alors, même si je fais des articles de moins de 700 mots, j’essaye de viser ce nombre, et si je n’y arrive pas, ce n’est pas grave, mais quand même, c’est une sorte d’obligation/pression.

Donc, ne pas publier un article trop court et déjà une obligation, donc une pression.

Et puis il y a les obligations intérieures :

Finir mon article le matin, j’aime pouvoir bosser sur mes projets l’après-midi, donc j’aime bien finir mon article pour BinarProd le matin.

Publier 1 article par jour, c’est super, mais c’est l’obligation de tous les jours publier un article.

Toutes ces obligations, font que ça rend le travail moins instinctif, moins fun.

Alors, comment faire pour rendre son travail plus fun ?

J’analyse ces obligations en même temps que j’écris l’article, donc je n’ai pas encore testé de solutions pour moi, mais voilà les solutions que je trouve :

Je dirais que changer sa perception est une solution.

fun

Ne plus voir des obligations, mais plutôt voir des cadres, des éléments qui te guident, pas qui t’interdisent.

Je ne veux pas supprimer ces obligations, parce qu’un cadre c’est bien utile, ça permet d’être plus régulier, d’être plus efficace.

Mais si je dois perdre du plaisir en étant efficace c’est inutile, déjà parce que je ne fais pas ce travail pour faire quelque chose qui ne me plaît pas, mais aussi parce que si je fais quelque chose qui ne me plaît pas je suis forcément moins efficace.

D’un autre côté, je ne pense pas que prendre du plaisir avec son travail et avoir un cadre soit incompatible.

Tout est une question de perceptions.

-Certains dorment dans leur voiture parce qu’ils n’ont pas d’argent.

D’autres dorment dans leur voiture parce qu’ils trouvent ça fun (oui, oui il y a une communauté autour de ça).

-Certains sont obligés de se priver de nourriture parce qu’ils n’ont pas assez d’argent pour subvenir à leur besoin.

Et d’autres pratiquent le jeûne.

L’action qui est faite est la même chose dans les deux cas.

Celui qui n’a pas assez d’argent dort dans sa voiture.

Celui qui trouve ça fun dort dans sa voiture.

= même résultat.

Celui qui n’a pas assez d’argent pour s’alimenter correctement se prive de nourriture.

Celui qui fait un jeûne se prive de nourriture.

= même résultat.

Pourtant, ceux qui dorment dans leur voiture, ou qui se privent de nourriture par manque d’argent ne te diront jamais que c’est fun.

Au contraire de ceux qui choisissent de faire ça, pour qui ça n’est pas une obligation, mais qui font exactement la même chose que ceux qui n’ont pas d’argent, et qui trouvent ça fun.

Si tu changes ta perception, tu changes ta façon de vivre les choses.

Mais ça n’est pas simple de changer ces perceptions, où du moins je ne sais pas encore comment faire.

C’est encore quelque chose où il faut que je réfléchisse dessus.

 

Est-ce que tu as des obligations qui t’empêchent de profiter ? Est-ce que tu as des techniques pour changer ta perception ? Dis-le-moi dans les commentaires.

@+

@+, Orel.


Also published on Medium.

Tu recevras mes articles chaque Week-end ;)

Laisser un commentaire

Fermer le menu