Moins de STABILITÉ, plus de COMMUNAUTÉ

Salut,

Les emplois sont de moins en moins fixes et ils le seront de plus en plus en avançant.

C’est inimaginable de faire toute sa carrière dans la même entreprise.

Maintenant tu sautes de boulot en boulot.

Entre des boulots qui ne demandent pas forcément les mêmes compétences d’ailleurs.

Et entre des boulots qui ne sont pas dans la même ville, voir dans le même pays.

Et un des phénomènes que ça va s’amplifier c’est les communautés.

Jusque-là on avait des communautés autour de hobby (le yoga), de sujet (une manifestation) ou de transaction (échange, vente…)

Mais il y avait beaucoup moins de communautés professionnelles.

Les fonctionnaires de ta mairie n’ont pas un groupe Facebook, les livreurs Deliveroo oui.

Ça va amplifier ces groupes professionnels.

  • Il y aura plus de groupes dédiés à une entreprise particulière (Livreurs Deliveroo, chauffeur Uber…)
  • Et il y aura plus de groupes dédiés à des modes de fonctionnement (Freelance, entrepreneur, salarié…)

Comme on a plus cette stabilité de pouvoir échanger avec des personnes dans l’entreprise ou pendant notre travail, on reporte ça sur internet.

communauté travail

On crée des groupes Facebook, des espaces de travail Slack, des groupes Telegram etc…

On perd de la stabilité, mais on gagne en solidarité et en communauté.

Quand les livreurs Deliveroo manifestaient, ça n’était pas grâce à un syndicat, c’était grâce à la communauté de livreurs qui échangeait sur un groupe Facebook.

Les travailleurs gagnent plus de force grâce à la communauté.

Et en plus ils sont plus nombreux.

Sans cet effet communautaire, c’est plus dur d’avoir des actions de masse.

Il y a beaucoup d’employés Norauto et pourtant il n’y a pas d’effet communautaire.

Si les employés ne sont pas contents des conditions de travail, ils vont faire une grève locale.

Il y aura 1 Norauto qui sera en grève, mais ça sera beaucoup plus difficile de tous les avoir en grève.

Parce que sans communauté, pas de coordination.

On reproche souvent que les nouveaux travails rendent démuni, mais dans un certain sens, ils donnent plus de poids aux travailleurs grâce aux communautés.

On a besoin de communiquer.

On a besoin d’échanger avec les personnes qui vivent les mêmes choses que nous.

Si ça ne se fait pas dans une grande communauté en ligne, ça se fait dans une communauté plus réduite en locale.

Et là aussi il va avoir plus de communautés locales.

communauté locale

Il y a déjà les co working qui ont poussé un peu partout.

Ils unissent à un même endroit des travailleurs qui travaillent à des endroits différents.

Grâce à ces communautés, on peut s’aider et se former dans notre travail actuel,

La communauté peut t’aider si tu as une question.

Elle t’apprend.

Elle te partage.

Et elle donne un sens commun et du soutien au quotidien.

Vu que cette communauté et très libre et qu’elle n’est contrôlée par aucune entreprise ou syndicat, elle peut aussi aider à trouver des opportunités de changement d’un métier vers un autre.

Le monde du travail ressemble beaucoup plus au mode multijoueur d’un jeu vidéo en ligne.

Comme on coopère pour achever le boss final du jeu, dans ces communautés on coopère pour bien vivre sa carrière d’un point de vue globale ou son mode de vie professionnelle.

Le monde du travail est plus instable et il le sera encore plus à l’avenir.

Mais il sera aussi beaucoup plus communautaire.

@+, Orel.

Je t’envoie un mail chaque matin pour apprendre à construire des produits cools 📱(apps, sites web…), sans être ingénieur 🤖, et sans faire de levée de fonds 💶

Les mails sont 100% gratuits.
Tes données sont sécurisées et tu peux te désinscrire à tout moment.


Fermer le menu